Sortie cinéma: Critiques du 20 Septembre

 

Insaisissable 2

ob_245a79_zrao2ooa6s6dqmq7zsubdyibrap.jpg

Synopsie : Après plus d’un an dans l’ombre, traqués par le FBI et cachés du grand public, les quatre Cavaliers, décident de revenir sur le devant de la scène sur les conseils de l’œil, et de leur désormais mentor Dylan Rhodes (Mark Ruffalo). Pour leur grand retour les Cavaliers, maintenant trois mais bientôt rejoint par une nouvelle recrue, (Lizzy Caplan) visent Walter Marbry, (Daniel Radcliffe) un magnat de la technologie à la tête d’une vaste organisation criminelle. Une fois encore ils souhaitent mettre sous le feu des projecteurs les projets peu orthodoxes de cet homme d’affaires. Cependant, pris à leur propre piège, ils se retrouvent vite plongés au cœur des manigances de ce grand ponte de la technologie et du crime, forcés de braquer l’un des systèmes informatiques les plus sécurisés du monde. Pour sortir de ce chantage et déjouer les plans de ce syndicat du crime, ils vont devoir élaborer le braquage le plus spectaculaire jamais conçu.

Mon avis : Même si je n’avais pas spécialement apprécié le premier épisode d’Insaisissable, il paraît maintenant bien meilleur que ce volet ! Ennuyeux d’un bout à l’autre, je n’ai pas accroché une seconde. Entre le rôle tenu par Lizzy Caplan qui se veut drôle, mais ne l’ai pas, la mise en valeur de celui de la directrice adjointe du FBI (Sanaa Lathan) qui ne sert strictement à rien (de même que ses décolletés et minis jupes, franchement pas sérieux) on s’ennuie ! Il ne s’agit ici que d’un scénario à tiroirs ! Parfois limite vraiment trop manichéen! Nous n’avons ici que des rebondissements fumeux, invraisemblables et fabriqués au possible où la magie n’est cette fois encore qu’un prétexte pour y amener un peu de fantastique et de fantaisie… Aucun suspens, aucune tension pour faire vibrer le spectateur qui a plus envie de sourire du n’importe quoi des situations plutôt puériles et souvent lourdes! Alors malgré la présence de Jesse Eisenberg, de Mark Ruffalo ou de Daniel Radcliffe, rien ne sauve cette histoire à dormir debout !

Bonus : Pour ce dernier opus, le paquet a voulu être mis visiblement sur le magie : Nous connaissons tous Daniel Radcliffe, pour qui la magie n’a plus de secret après son rôle dans Harry Potter. De la même façon, Jay Chou, rejoint l’équipe, célèbre quant à lui pour ses véritables shows de magie à la télévision chinoise.

 

Ben-Hur

cr6no7dxgaawuyy

Synopsie : Judas Ben-Hur, (Jack Huston) prince de Judée, partage une amitié peu commune avec un romain, Messala (Toby Kebbell). Adopté par la famille juive de Judas depuis bon nombre d’année, Messala se sent pourtant rejeté et ressent le besoin de faire ses preuves. Il décide alors de rejoindre la garnison de l’armée romaine, celle qui pourtant oppresse la population de Judée, où il vit. Plusieurs années plus tard alors qu’il est de retour à Jérusalem et retrouve sa famille adoptive et surtout son frère, Messala est désormais à la tête de la garnison de Jérusalem. Tout bascule lorsque accusé à tord à la suite d’un accident, Judas est envoyé aux galères alors que sa mère (Ayelet Zurer) et sa sœur (Sofia Black d’Elia) sont condamnées à mort par l’homme même qu’ils viennent tout juste de retrouver. Après des années en mer, Judah revient sur sa terre natale dans le but de se venger. Il va y rencontrer son destin.

Mon avis : A mon plus grand étonnement, j’ai vraiment été prise dans l’intrigue du film. A la fois semblable et différente de la version la plus connue, de William Wyler, le film de Timur Bekmambetov réussit à s’en détacher comme pour nous offrir une autre version de cette histoire. Les décors sont magnifiques, le casting bien assorti et le film bien rythmé du début à la fin, alternant scènes bavardes et d’action.
Je trouve cette version en fait, parfois plus réaliste et moins « américanisée » si j’ose dire. Le personnage de Judas Ben-Hur est plus sensible, plus vraisemblable et n’est pas le héro parfait de la version de 1959. De la même façon Messala a un côté plus humain. Au final, le film adopte une version moins manichéenne des choses, pour notre plus grande joie.(exceptée pour ce qui est de la fin du film) Ma préférence va néanmoins bien sûre à la version de 1959, plus complète selon moi. N’est pas Charlton Heston qui veut !

Bonus : Le long métrage de Timur Bekmambetov marque la sixième adaptation sur écran du roman de Lew Wallace Ben-Hur. Il y a d’abord eu Ben-Hur (1907), Ben-Hur : A Tale of the Christ (1925), Ben-Hur (1959), le direct-to-dvd animé Ben-Hur (2003) et la mini-série Ben Hur (2010). La plus célèbre est sans nul doute celle réalisée par William Wyler avec Charlton Heston dans le rôle-titre, qui avait obtenu 11 Oscars dont ceux du Meilleur film, Meilleur réalisateur et Meilleur premier rôle.

 

War dogs

share

Synopsie : David (Miles Teller) la vingtaine, est un jeune homme assez perdu, un diplôme de masseur en poche il tente de faire avec à Miami. Lorsqu’il tombe sur son meilleur ami d’enfance à un enterrement et qu’il lui fait part de tous ses soucis personnels, ce dernier, Efraim (Jonah Hill), lui propose un job dans sa société nouvellement crée. Les deux amis profitent alors d’un dispositif méconnu du gouvernement fédéral américain, pendant la guerre d’Irak, permettant à de petites entreprises de répondre à des appels d’offres de l’armée américaine. Si leurs débuts sont modestes, munis d’une pipe à eau, d’un ordinateur et d’un téléphone portable ils ne tardent pas à empocher de grosses sommes d’argent et à mener la grande vie. Mais les deux amis sont totalement dépassés par les événements lorsqu’ils décrochent un contrat de 300 millions de dollars, destiné à armer les soldats afghans. Car, pour honorer leurs obligations, ils ne voient pas d’autre issue qu’entrer en contact avec des individus très peu recommandables… voir terroristes…

Mon avis : Vraiment bien pensé et conçu, ce film n’est pas qu’une simple comédie, ce à quoi je m’entendais. Il va beaucoup plus loin sur le trafic d’armes, en démontrant les failles des grands pouvoirs américains (ici le militaro-industriel) On sent vraiment que l’équipe du film avait bien conscience de l’importance du sujet qu’elle traitait. L’intrigue est à la fois fun et prenante, mais aussi très plaisante à suivre grâce à sa narration fluide et bien construite, des dialogues parfois jubilatoires, quelques scènes d’action assez palpitantes, et plusieurs rebondissements efficaces. Tout cela nous est servi par un duo d’acteurs très charismatiques, chacun à leur manière, et qui campent des personnages bien travaillés dont la relation évolue de manière inattendue. Le personnage de Jonah Hill, aussi excentrique que cinglé est particulièrement jouissif (surtout son rire)

Bonus : Avant que Jonah Hill et Miles Teller rejoignent le projet, c’est Jesse Eisenberg et Shia LaBeouf qui étaient pressentis pour se glisser dans la peau des deux personnages principaux.

 

 

Publicités

20 commentaires sur « Sortie cinéma: Critiques du 20 Septembre »

  1. Merci Oceaneferreira pour cette bonne critique de l’actu ciné 😉 Je crois que je me laisserai tenter par Insaisissable 2, et peut être aussi par le remake de Ben-hur. Bon aller ! au diable l’avarice un petit saut au ciné pour War dogs également.

    Aimé par 1 personne

  2. Hello! Le seul film que j’ai vu que les 3 est Insaisissables 2 et contrairement à toi, j’ai accroché.. c’est clair que c’est pas du grand cinéma, que certaines scènes sont parfois à la limite du ridicule, mais pour moi, il y avait quand même de l’intrigue et j’ai passé un agréable moment! 🙂
    Reste à tenter Ben-Hur, il me tente bien! 🙂

    @ +

    Aimé par 1 personne

    1. Ah comme quoi.. En même temps les critiques sont plutôt bonnes mais moi je n’accroche vraiment 🙂
      Franchement malgré les mauvaises critiques je trouve que Ben-Hur est tout de même pas mal même si je préfère la version de 1959 de William Wiler, si tu n’as pas vu cette dernière tu aimeras peut être d’avantage 🙂

      J'aime

    1. Je me suis effective posé la question pour le pantalon, vu les costumes tout de même pas mal, je ne pense que la (le) costumière aurait fait une telle erreur (on voit ce qu’on veut voir)
      Je déteste les films en 3D donc je n’ai pas vu cette version.

      Non de Paris 🙂

      J'aime

      1. De toutes les façons, j’ai aussi de la famille à Paris…
        Mais à Tours aussi…

        Pour le pantalon, je pense à une erreur au montage, des scènes ont dûes êtres testées, sortes de rush pour rien, le monteur n’aurait pas pris le bon.
        Manque de sérieux, beaucoup trop d’argent dépensé, pour peu de rendu. Un film raté !

        J'aime

    1. Effectivement je ne suis pas vraiment d’accord avec les critiques pour cette fois! Insaisissable 2 à des critiques assez bonnes alors que j’ai vraiment détesté ! Tandis que Ben-hur a des critiques assez mauvaises contrairement à mon opinion.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s