Sortie cinéma : Critique 6 octobre 2016

La taularde

2551896-affiche-du-film-la-taularde-en-salles-l-950x0-2.png

Synopsis : Afin de sortir son mari de l’enfer de la prison, Mathilde (Sophie Marceau) décide de prendre la place de celui ci en l’aidant à s’échapper. Elle découvre alors à son tour les privations, la saleté, le chantage et la détresse morale ! Elle qui n’est finalement pas obligée de rester la bas car en avouant où se cache l’homme qu’elle aime, son avocate lui assure l’impunité totale, cédera t-elle?

Mon avis : Un film touchant sur l’univers carcéral féminin! Les situations proposées sont réalistes et nous permet d’apercevoir un panel des problèmes dans les prisons, notamment les prisons de femme en France. Les actrices sont très convaincantes et l’histoire est captivante pars les divers rebondissements qui l’a ponctue! Le film ne dure qu’une heure et demi mais suffit pour faire son job, à savoir nous plonger dans un univers méconnu et nous absorber complètement! Seul petit bémol, on aimerai en savoir plus sur cette relation entre Mathilde et son bien aimé, visiblement un prisonnier célèbre qui a révolutionné le système carcérale français!

Bonus : Le personnage principal du film a été inspiré par une vraie détenue. Cette dernière s’est entretenue avec Audrey Estrougo dans le cadre de la préparation du film. Néanmoins, contrairement au mari de Mathilde dans le film, le mari de cette prisonnière a été arrêté au bout de 36 heures de cavale.

Infiltrator

maxresdefault.jpg

Synopsis : Robert Mazur (Bryan Cranston) , agent du FBI, spécialisé dans l’infiltration est à la veille de sa retraite, adorant son métier il accepte une ultime mission en promettant à sa femme (Juliet Aubrey) que se sera sa dernière. Néanmoins, celle-ci bien plus dangereuse que ses précédentes et est censée lui permettre de remonter le plus grand cartel mexicain de son époque, celui de Pablo Escobar en devenant Bob Musella, un blanchisseur d’argent!

Mon avis : Une enquête qui nous permet d’entrevoir ce qu’endure les agents infiltrés ainsi que leur proche, les différentes tactiques misent en place afin d’approcher et de remonter une filière, d’obtenir au fur et à mesure la confiance d’un groupe totalement inconnu! A la fois thriller sanglant bourré d’humour noir et film d’espionnage, Infiltrator est surtout empli d’humanisme. Rappelant sans cesse l’imminence constante du danger, l’ensemble manque paradoxalement d’intensité dramatique.  J’avoue que je n’ai pas été absorbé dès le début du film, je trouve que certains personnages sont seulement survolés ce qui pose problème dans la compréhension de l’intrigue! Néanmoins, la fin promet de superbes rebondissement et lorsque l’on sait qu’il s’agit d’un film basé sur des faits réels cela prend encore plus d’ampleur!

Bonus : Ce film est l’adaptation de l’autobiographie de Robert Mazur, ancien agent infiltré dans les cartels de Colombie à l’époque du règne de Pablo Escobar. Sous la couverture d’un blanchisseur d’argent nommé Bob Musella, il a permis l’arrestation de plus de 80 personnes après une infiltration méticuleuse se déroulant sur 2 années.

Free State of Jones

freestateofjohn

Synopsis : En pleine guerre de sécession, Newton Knight (Matthew McConaughey) commence à se poser des questions sur son engagement militaire. En temps que sudiste il est censé se battre pour la sauvegarde du dernièrement créé État Confédéré, un état qui se veut garant des droits des grands propriétaires d’esclaves! En simple fermier, il se rend compte que cette guerre ne le concerne pas, il n’a pas d’esclave, n’en a pas les moyens et n’en veut pas. Néanmoins, les déserteurs sont traqués et il va devoir fuir et se cacher là où nul n’ira le chercher!

Mon avis : Le film s’ouvre sur une scène de guerre atrocement gore qui nous en met plein la vue! Le décor est alors planté, le réalisateurs ne fait pas de simagrée et nous plonge dans une époque où la couleur de peau est presque tout ce qui importe, et où seul l’argent vous sauve d’une mort certaine! Une période terrible de l’histoire américaine que le réalisateur nous traduit bien! Une sorte de robin des bois américain, plein d’injustices

Bonus : Parmi les figurants du film se trouve un homme, Christopher David McKnight, qui s’avère être un vrai descendant de Newt Knight. Christopher David avait entendu parler du tournage et décida de postuler pour en être un figurant. Décidément, que de films basés sur des histoires vrai aujourd’hui!

Publicités

7 commentaires sur « Sortie cinéma : Critique 6 octobre 2016 »

  1. Des trois films je n’ai vu que free state of jones qui m’avait beaucoup plu, surtout pour l’aspect historique justement et le parallèle avec son descendant, même s’il était un peu brutal au montage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s