Sortie cinéma: Critique du 1er décembre 2016.

Le ciel attendra

Le_ciel_attendra.jpg

Synopsis : Sonia et Mélanie, deux adolescentes qui grandissent dans deux familles différentes, qui ont des origines différentes, des passions différentes finissent toute les deux par être embrigadées par le même fléau… Leur destin pourrait être plus similaire finalement qu’il n’y paraît !

Mon avis : Ce film je dois dire que je l’attendais, même si j’ai mis un certain temps à trouver un moment pour y aller ! C’est vrai qu’il n’était pas dans tous les cinémas non plus… Marie-Castille Mention-Schaar, la réalisatrice nous met en parallèle dans ce film l’histoire de deux jeunes filles. Sonia 17 ans, dont la famille tente de la déradicaliser après que celle ci ai failli commettre l’irréparable et Mélanie, 16 ans, qui peu à peu tombe sous l’influence d’un jeune homme aux idées bien arrêtées, rencontré sur internet. Comme on se désintoxique d’une drogue, la première entame le lent chemin de la guérison, tandis qu’à l’opposé, l’autre s’enfonce inexorablement vers l’intoxication définitive.
Le film déjoue les amalgames en prouvant a quel point ce phénomène de radicalisation islamiste est similaire à celui de n’importe quel secte et qu’il peut touché énormément de monde! La réalisatrice nous martèle qu’il n’est pas nécessaire d’être fragilisé ou d’habiter dans des quartiers défavorisés pour tomber dans les griffes des « rabatteurs » de Daech. Le ciel attendra, tente de percer au plus profond les rouages du phénomène d’embrigadement qui touche un nombre croissant de jeunes en mettant au jour certaine techniques d’approche et d’embrigadement des jeunes filles notamment à travers le combat de Dounia Bouzar qui reste un personnage qui fait parfois polémique, créatrice du Centre de Prévention, de Déradicalisation et de Suivi Individuel (CDPSI) S’appuyant sur des situations justes, de manière directe et brutale, le film nous plonge alors dans l’enfer de deux jeunes filles qui semblent ne manquer de rien mais qui sont devenues la proie facile de personnages peu scrupuleux. Traitant d’un sujet au cœur de l’actualité, c’est le genre de docu-fiction qu’il faudrait peut être diffuser dans les collèges et lycées comme moyen de prévention!

Bonus : Après un énorme travail d’enquête afin de réaliser un film juste et au plus près de situations réelles, le tournage commence le 16 novembre 2015 soit trois jours après les attentats de Paris du 13 novembre ! L’équipe s’est alors posée la question de continuer ou pas ce film dans une période aussi sensible en France.

Inferno

Inferno-Affiche-France.jpg

Synopsis: Le professeur Langdon se réveille dans un hôpital à Florence, blessé à la tête, amnésique et terriblement faible alors que la dernière chose dont il se souvient remonte à trois jours lorsqu’il était sur le campus d’Harvard! Alors que son Medecin Sienna Brook lui explique son état, une femme déboule dans l’hôpital et tente de le tuer! Alors que S’en suit alors une course poursuite dans les rues de Florence afin de trouver la raison de cette tentative de meurtre ! Langdon comprend vite que son destin est lié à celui de Zorys un milliardaire américain dont la théorie est qu’i il fautréduire la population mondiale deux 3/4 pour sauver l’humanité!

Mon avis : Je suis franchement déçu du film. En tant que fan inconditionnelle de Dan Brown et des deux films réalisés à partir de ses écrits : Da Vinci code et Ange et Démon, je n’ai pas autant apprécié cet épisode des aventures du professeur Langdon ! Il faut dire que déjà j’avais un peu moins aimé le tome Inferno, mais très légèrement, le côté historique de Florence notamment artistique, m’avait tout de même passionné ! Cependant, je trouve que le film manque quelques aspects du livre notamment une bonne grosse partie du suspens… (je n’en dirai pas plus pour ne pas vous livrer trop d’info) mais je recommande vivement de lire le livre afin d’en apprendre d’avantage !

Bonus: Si Inferno est la troisième aventure de Robert Langdon sur grand écran, le film est adapté de sa quatrième aventure littéraire, les producteurs ayant privilégié celle-ci avant de s’attaquer à la précédente, The Lost Symbol.

 

Alliés

allies-affiche-officielle-2117a4-01x

Synopsis : 1942, en pleine Deuxième Guerre Mondiale, Max Vatan (Brad Pitt), un agent au service du contre espionnage Allié, est envoyé en mission à Casablanca, alors colonie française passée sous commandement allemand. Pour cette mission à haut risque il doit simuler un couple avec une mystérieuse résistante française sur place Marianne Beauséjour (Marion Cotillard) C’est le début d’une relation passionnée. Ils se marient et entament très vite une nouvelle vie à Londres. Mais peut-on réellement se fier à quelqu’un qu’on a rencontré sous couverture ? Que savent-ils réellement l’un de l’autre ?

Mon avis : Je dois dire tout d’abord qu’en allant voir Alliés je m’attendais à un gros Bloguster américain, qui me plaisent assez lorsqu’il s’agit de la Seconde Guerre Mondiale, je dois l’avouer. Mais il s’agit en vérité beaucoup plus d’un film d’amour ! Le début est assez intriguant, les décors et costumes splendides ! Néanmoins, on se demande rapidement où veut en venir Robert Zemeckis, le réalisateur. L’accent est en fait mis beaucoup plus sur le début d’une histoire d’amour, que sur la construction et la personnalité même des personnages, que je trouve assez dommage. On s’attache pourtant tout de même à eux et même si le rythme est plutôt lent il reste agréable et l’intrigue tient assez en haleine. Le manque de détail est assez frustrant mais le film reste plutôt sympa !

Bonus : Brad Pitt a tenu à jouer au mieux son personnage de Max Vatan alors canadien, allant même jusqu’à apprendre l’accent québécois avec un répétiteur. D’ailleurs le début du film nous permet de découvrir cet accent qui donne en fait un effet assez étrange…

Publicités

9 commentaires sur « Sortie cinéma: Critique du 1er décembre 2016. »

  1. Ah, mon fils m’a parlé du film « alliés » car c’est un fana d’histoire et notamment de la période seconde guerre Mondiale, je ne sais pas si il va aimé suite à ta critique car il est pré-ado, donc les histoires d’amour, c’est pas son truc 😉 mais moi, je pense que je vais aimer !
    ça doit être étonnant d’entendre Brad Pitt avec l’accent canadien !

    Aimé par 1 personne

    1. Haha oui son accent était assez déroutant !
      Il y a de très beaux effets spéciaux mais effectivement vu la lenteur du rythme c’est vraiment une histoire d’amour !
      Merci pour ta visite, c’est toujours un plaisir de lire tes commentaires 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s